Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Jorge Brites.

Khadijetou Ba, 21 ans (Crédit photo © Smael Ba).

Pour ce premier épisode du podcast L’allumeur de réverbères, nous sommes allés à la rencontre de Khadijetou Ba, Mauritanienne, étudiante en Sciences politiques, qui a lancé depuis la fin de l’année 2018 une campagne contre la dépigmentation, intitulée Foppaade ko Momtaade (qui signifie « S'éclairer, c'est s'effacer » en langue pulaar).

La dépigmentation, pratique répandue en Mauritanie, au Sénégal et dans de nombreux autres pays, et qui touche particulièrement les femmes, consiste à s’appliquer des produits (crèmes, injections, etc.) dans le but de s’éclaircir la peau.

À travers ce sujet, c'est le concept de beauté et le rapport au corps et au naturel que nous avons choisi de questionner avec notre invitée. Avec cette toile de fond complexe qu'est la société mauritanienne, forte de ses quatre millions d’habitants et de ses communautés araberbères et subsahariennes, aux « couleurs » bien souvent inclassables.

*  *  *

Pour aller plus loin, vous pouvez retrouver les dernières vidéos et les dernières actualités de la campagne Foppaade ko Momtaade :

  • Sur la page Facebook « Laisse éclater ta mélanine » :
  • Sur la page YouTube « Laisse éclater ta mélanine » :

Voici également le poème Xessal (qui signifie « dépigmentation », en wolof), du poète mauritanien et contemporain Djibril Zakaria Sall, que notre invitée Khadijetou Ba a partagé avec nous durant cet entretien :

C’était hier :
Sur ton corps couleur d’ébène
Miroitait ton ombre noire
Tes cheveux noirs brillaient au soleil
Tes beaux yeux me fascinaient !

C’était hier :
Tu étais beauté
Tes pieds aux bracelets d’argent
Tes mains gracieuses
Me faisaient rêver.

C’était hier :
Tu étais naturelle
Dans le terroir de l’africanité
Tu étais la miraculée.

Aujourd’hui
Un vent dévastateur a soufflé :
Tu n’es que ton opposée, ta négation
Dans ta peau tachetée
De panthère humaine
Au fond du reniement
Du refus d’être ce que tu es.

Aujourd’hui
Tu es la boue de ta race
Tu es la fardée
L’entre deux races
Qui piétine le Noir et épouse l’artificiel
Qui vend le noir au cancer

Demain tu ne seras plus qu’épave
Sans race, sans origine
Sans dignité.

Demain
Tu seras l’ancienne connue
Méconnue,
Sans race.

Xessal, de Djibril Zakaria Sall, avril 1976.

*  *  *

Retrouvez également les podcasts sur la chaîne YouTube de L'allumeur de réverbères :

Et sur la plateforme Audioblog Arte Radio :

*  *  *

Entretien et montage : Jorge Brites.

Musiques : le groupe Iñigo Montoya.

Tag(s) : #Podcast, #International
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :